En marche vers "le meilleur des mondes" judiciaires
PROFESSION 19 févr. 2018

En marche vers "le meilleur des mondes" judiciaires


La justice du XXI° siècle au centre du système de rééducation vue par Aldous HUXLEY revenu ici-bas suite à une télé-transportation prédictive. Traduction libre du Bâtonnier Gérard SABATER...

Par Br Gérard SABATER, Avocat honoraire au Barreau de Draguignan, Président d’Honneur
| Maître n°243, 1er trimestre 2018

 

1er septembre de l’an 2050, salle des pas perdus - Palais de Justice de Paris. Deux avocats de la caste BÊTA chuchotent devant une salle d’audience bardée de caméras, avant de passer dans le portique « Pro-Vision 2 ».

« Bon sang », râle BÊTA 1, « j’ai oublié mon badgeaudience. Impossible de rentrer pour remettre mon CD-plaidoirie au juge ! J’avais pourtant obtenu un jugement n° 12 B ! », il montre sa robe - rose, comme tous les vêtements de sa caste - à son confrère.
« Pourtant, j’ai épinglé tous les autres badges utiles ce matin : le badge zone publique, le badge JLD, et bien sûr, le badge-toilettes… ».
« Comme ça, tu t’éviteras le Président ALPHA 1 ! », ricane BÊTA 2, « l’autre jour il s’est trompé de bouton et l’ordi m’a pondu un jugement : construction n° 20 B sur un divorce ! ».

Ils regardèrent un instant un groupe de justiciables, la caste GAMMA traversait silencieusement la salle des pas perdus, encadrée par des vigiles avant de rejoindre les cages de verre anti-émeutes.

« Le ministère du Conditionnement a raison, on devrait vraiment leur interdire l’accès au Palais », dit BÊTA 1. « Où va-t-on, si on permet ça aux castes inférieures ! ».

BÊTA 2 perdit son sourire. Il gronda : « Quand je t’entends, je mesure que notre profession est vraiment foutue ! Notre rôle est de défendre les GAMMA, tu te souviens ? Ceux qu’on appelait des clients ? ».

BÊTA 1 regarda autour de lui d’un air craintif : « Chut.. ! Tu vas nous faire expulser ! On n’a plus le droit de parler d’avant ! ».

« Mais je t’en parle » insista BÊTA 2. « L’Histoire, ça nous construit. Et l’histoire de notre profession est fondée sur la liberté de défendre et donc sur les moyens de l’exercer ! Il y a presque un siècle, la loi du 31 décembre 1971 promulguait que l’avocat peut librement se déplacer pour exercer ses fonctions. Or tu te souviens qu’en 2017 la Chancellerie - aujourd’hui branche 12 du ministère du Conditionnement - avait proposé aux avocats une convention-cadre relative à l’accès et à la circulation des avocats dans les palais de justice ? Et si nos instances ont commencé par refuser, elles ont accepté l’année d’après !»  [...]

 

Connectez-vous pour lire la suite dans "Le kiosque"

 

Partager
Articles précédents

Le kiosque

Maître n°246

4ème trimestre 2018

PASsionnément, à la folie,... Le Prélèvement à la source | Dossier spécial

LIRE