Installation, numérique, médiation, égalité... et les caravanes passent !
PROFESSION 04 sept. 2018

Installation, numérique, médiation, égalité... et les caravanes passent !


Aussi dynamique et engagée que passionnée Aminata NIAKATE nouvellement élue Présidente de la FNUJA, avec Jean-Baptiste BLANC, premier vice-président à ses côtés, est bien déterminée à défendre les couleurs de sa fédération animée de cette même flamme : l’écoute et le service des jeunes avocats avant tout. Revue des chantiers et priorités d’un mandat qui s’annonce fort et volontaire.

Tribune libre d'Aminata NIAKATE,  Présidente de la FNUJA, Présidente de la Commission Égalité du CNB, Membre de la Commission des Affaires européennes et internationales du CNB, Avocate au Barreau de Paris

(Maître n° 245, Tribune libre, 3ème trimestre 2018)

 

Nous continuerons à être un syndicat qui milite sur le terrain, notamment en accompagnant nos confrères qui ont vocation à être des entrepreneurs respectueux de notre déontologie, mais en pointe sur le numérique.

Notre Commission installation et association de la FNUJA, sous la direction de Catheline MODAT, notre vice-présidente, qui vient d’éditer
son nouveau guide de l’installation et de l ’ association, nous permettra justement d’accompagner au mieux les confrères qui souhaitent se lancer dans l’aventure entrepreneuriale de la profession d’avocat. Nous allons bientôt l’éditer et le diffuser aux confrères.

Avec nos « Caravanes » (formations itinérantes sur un format de 8 heures), nous les accompagnons et donnons l’impulsion pour que la profession d’avocat soit entreprenante, formée aux modes alternatifs de règlements des conflits et réussisse sa révolution numérique
sous peine d’uberisation imminente.

Nous continuerons ainsi à dispenser nos formations via notre « Caravane de l'installation et de l'association », formation dont est partenaire l'ANAFAGC.

Notre Commission numérique, qui n’est pas en reste, a également mis en place une « Caravane du numérique » l’an dernier qui fonctionne déjà très bien. Nous considérons en effet que les avocats doivent investir le champ des legaltech. Les avocats doivent quitter les postures exclusivement défensives à l’égard de certains braconniers du droit et être plus audacieux pour lancer leurs propres legaltech respectueuses de nos valeurs, afin d’apporter aux justiciables une offre adaptée à un besoin en droit croissant.

Nous estimons aussi opportun de donner les moyens aux avocats de réaliser les investissements utiles à leur développement et à l’amélioration de leur compétitivité en la matière notamment via l’ouverture du capital des structures d’exercice d’avocats aux tiers, toujours dans le respect de nos principes déontologiques .[...]

 

Connectez-vous pour lire la suite dans "Le kiosque"

Partager
Articles précédents

Le kiosque

Maître n°248

2ème trimestre 2019

Dossier spécial | IR versus IS

LIRE