L’Europe peut-elle sauver le soldat avocat ?
PROFESSION 13 févr. 2019

L’Europe peut-elle sauver le soldat avocat ?


La campagne des élections européennes s’entrechoque avec la réforme de la Justice du XXI ème siècle en France. Partout dans le monde l’avocat est l’objet de critiques, de menaces et quelques fois d’assassinat dans l’exercice de sa mission. Il n’est pas le seul, et avec les journalistes et les lanceurs d’alerte, il dérange et sa parole est souvent assimilée à celle qui serait portée par des extrémistes, voire des terroristes ou des criminels selon les États.

 

Par Gérard SABATER, Avocat honoraire au Barreau de Draguignan, Président d’Honneur
| Maître n°247, 1er trimestre 2019

 

Amnesty International vient de lancer un appel mondial à protéger les défenseurs des droits humains dont la mission est de lutter pour plus de justice et pour que les gouvernements cessent l’arrêt des attaques, des stratégies de diffamation et de stigmatisation de celles et ceux qui défendent les droits humains, de ceux qui militent pour que l’on puisse aimer qui l’on a envie d’aimer, peu importe son genre ou encore, de ces paysans qui veulent protéger leurs terres face aux sociétés extractives, qui polluent et assèchent leurs ressources naturelles.

L’appel d’Amnesty International souligne que l’Assemblée générale des Nations Unies, il y a vingt ans,avait adopté une déclaration dans laquelle les gouvernements du monde entier s’engageaient à protéger et promouvoir le travail des défenseurs des droits humains.

Les avocats sont aux côtés de ces défenseurs lorsqu’ils sont déférés devant les juridictions pour les assister, en particulier lorsqu’ils sont attaqués en raison de leur identité de genre, de leur orientation sexuelle, de leur origine ethnique et de leur race, de leur religion, de leur profession, de leur classe sociale ou encore de leur âge.

Cet appel mondial est à rapprocher de la décision prise le 24 janvier 2018 par le Conseil de l’Europe en faveur d’une convention européenne pour les avocats visant à assurer une protection plus efficace de la profession au sein des États membres.

Les parlementaires européens face aux attaques, harcèlements, menaces et agressions que subissent les avocats dans de nombreux États membres, ont estimé qu’ils devaient être mieux protégés.

 

Connectez-vous pour lire la suite dans "Le kiosque"

 

Articles précédents

Le kiosque

Maître n°250

4ème trimestre 2019

Financez-moi, émoi et moi !

LIRE