Smic : une revalorisation au 1er octobre 2021
SOCIAL 13 oct. 2021

Smic : une revalorisation au 1er octobre 2021


Dans un communiqué de presse du 15 septembre 2021, la ministre du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion a fixé la revalorisation du Smic de 2,2 % à compter du 1er octobre 2021. Une hausse qui s’avère la plus importante depuis 2012.

 

SMIC : revalorisation et protection du pouvoir d’achat des travaIlleurs

Une revalorisation en octobre avant celle du 1er janvier : volonté du gouvernement d’améliorer le pouvoir d’achat des salariés.

Le Smic a été revalorisé à hauteur de +2,2 % au 1er octobre 2021.

Cette revalorisation est automatique. Elle fait suite à la publication par l’INSEE de l’indice des prix à la consommation pour le mois d’août. Ainsi, entre novembre 2020 et août 2021, l’indice de référence a progressé de 2,2 %.

Cette automatisation assure une protection du pouvoir des salariés aux plus faibles revenus, dans la mesure où le Smic progresse en fonction de l’inflation.

À NOTER

À la suite de l’augmentation du Smic, il conviendra de revaloriser la rémunération des salariés rétribués en fonction d’un pourcentage du Smic (salariés titulaires d’un contrat d’apprentissage ou d’un contrat de professionnalisation) et celle des salariés qui perçoivent actuellement le minimum conventionnel prévu au coefficient 207, soit (1 569,06 € Brut pour un temps plein.

En revanche, pas de revalorisation des gratifications de stage, ces dernières étant déterminées en fonction du Smic en vigueur au 1er janvier de l’année. Ainsi, les gratifications de stage signées entre le 1er octobre 2021 et le 31 décembre 2021 resteront indexées sur la valeur du Smic telle que fixée au 1er janvier 2021.

 

Une revalorisation avec un impact limitÉ sur le coÛt travail

Depuis 2008, de nombreux dispositifs dits « zéro charge » ont été mis en œuvre sous diverses formes par les Gouvernements successifs.

Aujourd’hui, l'exonération de charge, qui prend la forme d’un allègement de cotisations direct, est totale au niveau du Smic, et diminue avec le salaire pour disparaître à 1,6 Smic.

Attention, l’exonération ne porte que sur une partie des cotisations. Les employeurs restent redevables des cotisations « accidents du travail », « formation professionnelle », « taxe d'apprentissage » et « versement transport ». Les employeurs restent également redevables des cotisations prévoyance.

Articles précédents
Maître Hors-Série 2021

Le kiosque

Maître Hors-Série 2021

3ème trimestre 2021

LES STATISTIQUES | Édition 2021

LIRE